Víctor and Luis del Valle Piano duo

Nous les attendions. Et ils sont arrivés avec le succès prévisible qu’ils suscitent [...] cette attente pour jouir d’un de ses concerts complet a valu la peine.
Málagahoy

Hardis, et non saccageurs, ces deux magnifiques respectent styles et techniques tout en laissant clairement s’élever leur propre voix, jeune et osée, vitale et pleine d’humour, expressive et musicale à plein.
La Provincia. Diario de Las Palmas de Gran Canaria

L’interprétation de Víctor et Luis del Valle a été magistrale. Virtuosité splendide, faculté inouïe de courir des risques et le style le plus sûr convergent en ces deux musiciens […] des sons à vous couper le souffle […] il est rare d’entendre des oeuvres de Mozart jouées de façon aussi convaincantes.
Stuttgarter Zeitung

Ils ont réussi à ce que deux pianos à queue nous donnent l'impression d’entendre l’Orchestre Philarmonique de Vienne
Panamá América- Epasa

Prodiges: beauté sonore et virtuosité dans leur prodigieuse et novatrice performance.
El País

Presse

Jan. 14 2023

LA CRÓNICA DE BADAJOZ. Piano à quatre mains

Emilio González Barroso
14/01/2023

Cette modalité de concert n'est pas fréquente, tant en termes de composition que d'interprétation. C'est différent des œuvres pour deux pianos, car au lieu de deux claviers, les interprètes doivent en partager un. Eh bien, jeudi dernier au Palacio de Congresos de Badajoz et vendredi à celui de Mérida, l'Orquesta de Extremadura, dirigée par son propriétaire, Andrés Salado, a présenté un programme entièrement dédié au compositeur du XIXe siècle Johannes Brahms, dans lequel Le " Concierto pour piano à quatre mains et orchestre à cordes » a été joué avec les frères Víctor et Luis del Valle comme interprètes exceptionnels. Avec un dossier artistique brillant, le Duo del Valle a montré son excellente compénétration avec une performance impeccable. À Badajoz, avant le quatrième et dernier mouvement, il y a eu une brève interruption, les deux pianistes se retirant en raison d'une légère indisposition de l'un d'eux, se rejoignant quelques minutes plus tard pour conclure leur excellente intervention par une fin formidable.

 

 

lire encore
Nov. 30 2022

LA GACETA. La Gaceta fête son centenaire avec brio et virtuosité musicale

José Angel Montero
30/11/2022

Le Centre des Arts et de la Musique du Spectacle (CAEM) a vécu ce mercredi une soirée musicale mémorable. L'Orchestre symphonique de Castilla y León (OSCYL) est revenu dans ce qui était autrefois l'une de ses salles satellites et a laissé une fois de plus la maîtrise de leur bon travail et leur grande empreinte interprétative, qui, ajoutées à la virtuosité dont ils font preuve dans chacun de leurs concerts, les frères Víctor et Luis del Valle, au piano et en solistes, ont transformé le concert du centenaire de LA GACETA en un délice pour les yeux et, surtout, pour l'oreille, chargé de brio, de technique, de solvabilité et d'une certaine dose de confiance en soi. La soirée a été ouverte par le duo de pianos, soutenu par l'OSCYL, avec le concerto pour deux pianos et orchestre en ré mineur de Poulenc, qui aux quatre mains des frères Del Valle a sonné à merveille. Et avec le public déjà livré, le duo de Malaga avec l'Orchestre symphonique de Castilla y León n'a pas voulu manquer le succès de cette présentation à Salamanque et a offert à un public comble ni plus ni moins que le concert pour deux pianos et orchestre numéro 10 de Mozart, le grand classique parmi les classiques. Une vraie audace, mais aussi une réussite, puisque l'interprétation a été magistrale, comme le public l'a reconnu sous ses applaudissements. Et ce n'est pas pour rien, les frères Del Valle se distinguent par la rigueur, la passion et la maîtrise technique dans leurs interprétations. Une combinaison réussie.

 

 

lire encore
Juil. 28 2022

El Confidencial. Malaga a une lumière spéciale

Mariano Vergara
28/07/2022

La lumière du soir assombrissait le paysage lorsque le concert commença en nous annonçant bientôt que nous allions vivre une nuit digne de celles d'il y a bien des années. Comme avant... Le génie est le pouvoir accordé à quelques-uns, qui sont ceux qui entrent dans l'histoire, de libérer la beauté contenue dans l'appui sur une touche et de produire un accord instantané, éphémère, irremplaçable, mortel. La beauté contient toujours la pulsion de mort. Les frères Del Valle, à deux pianos ou à quatre mains, ont fait preuve d'une technique parfaite et d'une âme débordante. Avec passion, comme en transe, avec de la joie sur leurs visages, avec de beaux gestes.
Du tempo lent profondément lyrique du Romantisme de Schubert à la précision de l'explosion des couleurs impressionnistes, qui aurait étonné Ravel lui-même...

 

 

Mar. 05 2022

NAIZ. Festival Musika-Música: Le pouvoir de guérison de la nature en temps de guerre

Amaia Eregana

05/03/2022

11 heures du matin, samedi, dans une des salles du palais Euskalduna de Bilbo, on joue Mozart (Quatuor numéro 17, 'La chasse'), interprété -comme c'est beau, comme c'est subtil et on me dit que ça n'a rien à voir avec la chasse- par le Quatuor Modigliani. Peu de temps après, cette formation française s'est "transmutée" en autre chose : un orchestre de dix musiciens de haut niveau - parmi eux, les frères Víctor et Luis del Valle de Malaga ; un impressionnant duo de piano - jouant de la scène et des gradins avec le public dans 'Le Carnaval des Animaux', de C. Saint-Saëns.

Il s'agit de Musika-Música, le festival de musique classique qui se tient jusqu'à ce dimanche à Bilbao.

 

 

lire encore
Jan. 25 2022

ABC de Sevilla. Teatro de la Maestranza / Tourbillons fantastiques et troublants


Carlos Tarín
Le 25 janvier 2022

"Les frères pianistes Víctor et Luis del Valle ont offert un récital splendide au Théâtre de la Maestranza, où parfois ils étaient un seul pianiste à quatre mains.

S'il y en avait eu un, cela aurait été une performance incroyable pour nous ; mais étant deux pianistes, ils frôlent l'inouï : ce n'est pas seulement qu'ils sont frères, mais qu'ils ont joué presque toute leur vie artistique ensemble et, donc, les impulsions, les pauses brusques, les nuances et même les gesticulations de l'un étaient celles de l'autre... Ils ont commencé à en faire la démonstration avec le Schubert qui a ouvert le programme...

... La richesse sonore et orchestrale de Ravel se mariait très bien avec la musique pour deux pianos (Schubert avait été pour piano à quatre mains)... 'Ma mère l'oye' et 'La Valse' pouvaient encore résonner dans la mémoire symphonique des abonnés, alors qu'il n'y a pas longtemps (la saison dernière) on entendait les deux œuvres dans leur version orchestrale ; maintenant, les mains complémentaires des frères Del Valle nous les rappelaient, essayant de faire ressortir les couleurs au noir et blanc du piano, avec toutes les nuances instrumentales et en extrayant le caractère tantôt plastique (les histoires), tantôt mordant (la valse) des deux œuvres."

 

lire encore